Comment se déroule la séance d’ostéopathie ?

 

L’ostéopathie se caractérise par des pratiques aussi nombreuses que les praticiens eux-mêmes. En effet, les consultations d’ostéopathie varient d’un praticien à un autre. Malgré cela, de grandes lignes permettent de comprendre de manière générale le déroulement d’une séance d’ostéopathie. Une séance peut durer environ une demi-heure ou une heure selon le motif de consultation, de l’expérience du praticien et de votre histoire. Elle se décompose en 5 temps essentiels, dont l’anamnèse ou interrogation, les tests, le traitement proprement dit, la vérification et les conseils.

L’anamnèse : première étape de la séance

L’anamnèse est la première étape de la consultation. Elle est immédiatement pratiquée dès que vous aurez fourni à l’ostéopathe les informations d’usage à l’ostéopathe notamment le nom, prénom, date de naissance, coordonnées, éventuellement profession. C’est dans cette première étape que le patient va faire part de son motif de consultation. Cette étape permettra au praticien de bien cerner le problème et de repérer tous les symptômes annexes qui ne sont pas directement liés au motif de consultation.

Les tests ostéopathiques : deuxième étape de la séance

Deuxième étape d’une séance d’ostéopathie, les tests ostéopathiques permettront à l’ostéopathe d’observer son patient et ainsi de reconnaitre par exemple si celui-ci éprouve des difficultés à retirer son pull, étant donné qu’il devra se mettre en sous-vêtements lors de cette séance. Cela pourra amener l’ostéopathe à vérifier plus en détail l’articulation scapulo-humérale (épaule) ou les cervicales par exemple. De même, s’il constate une perte d’équilibre lorsque le patient retire son pantalon le praticien pourra songer à un whiplash non mentionné au cours de l’anamnèse.

Le traitement : l’étape obligatoire après l’anamnèse et les tests ostéopathiques

Compte tenu des différentes informations collectées pendant les étapes précédentes, l’ostéopathe peut détecter les zones qu’il doit traiter. L’histoire du patient et l’intensité des blocages vont déterminer l’ordre dans lequel le praticien va traiter les différentes pertes de mobilité. Pendant le traitement ostéopathique, le patient devra s’allonger sur la table d’ostéopathie et le thérapeute peut lui demander de se mettre sur le ventre, le dos, le côté ou de s’asseoir en fonction des techniques qu’il effectue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *